Après s’être remis de notre maladie, avec Tristan nous avons retraversé la frontière et sommes de retour en Argentine. Depuis quelques jours et notre arrivée à Porto Natales, on sent vraiment la Patagonie : ces grandes contrées sauvages, où la route aux longues lignes droites coupe la steppe, parsemée de quelques estancias, chevaux, moutons, vaches et autres lamas, avec en fond les montagnes enneigées qui s’élèvent. Les trajets en bus sont superbes pour ça.

El Calafate et le Perito Moreno

L’étape suivante était El Calafate, là où réside le glacier du Perito Moreno. Le temps de prendre la température de cette charmante bourgade, nous sommes allé visiter la partie sud du parc de Los Glaciaires, voire donc ce fameux Perito Moreno. Et il faut dire que c’est une belle bête, 70 m de glace qui se dresse devant vous sur 5 km de long (et je ne parle pas de la profondeur), ça en impose ! Le temps est moyen et nous empêche d’apprécier pleinement cette grosse masse blanche, avec de magnifiques reflets bleus, preuve d’une très haute densité de la glace. Le glacier craque dans tous les sens, on a parfois l’impression d’entendre un coup de fusil, voir l’orage, et quand un pan entier de glace se décroche, le spectacle est saisissant. On restera un peu sur notre fin car une fois le glacier vu, il n’y a plus grand-chose à faire, seulement attendre longuement le bus qui nous ramène à El Calafate.

 

Randos à El Chalten

Pour la suite, Tristan m’abandonne quelques jours, je file de mon côté faire un tour à El Chalten, capitale argentine du trek, située dans la partie nord du parc, afin notamment de faire la connaissance du Fitz Roy ! Arrivé dans cette petite ville, petit bourbier pas de distributeur, entout cas pas un compatible avec ma carte. Je me retrouve avec seulement 400 pesos pour 3 jours (un peu moins de 30 €). C’est un peu juste, mais au final j’ai serré la ceinture et fais le strict minimum et m’en suis sorti. Heureusement j’ai pu payer l’auberge et mon bus suivant par carte, ce qui n’est pas forcément toujours le cas.
Premier jour, beau temps annoncé, je m’attaque donc au Fitz Roy. 8h de rando et plus de 25 km au programme. Sans mentir c’est surement la plus ballade que j’ai pu faire dans ma vie. Les paysages sont magnifiques, ce mélange d’arbres verts, de bois morts, d’herbes jaunes, de lacs, de rivières, et de montagnes enneigées… bref il y en a pour toutes les couleurs. Et le majestueux Fitz Roy qui s’élève au-dessus du tout durant tout le parcours. Le mieux est de regarder les photos. Puis au fil de la journée, le soleil tourne, les couleurs changent, c’est encore plus beau. Je rentre après quasi 9h de rando, sur les rotules mais le smile jusqu’aux oreilles !
La journée suivante sera moins heureuse en matière de temps. Dès que le soleil n’est plus là, malheureusement les paysages perdent de leur éclat. Une nouvelle randonnée de 6h et 20 km tout de même, le temps d’apprécier un énorme glacier descendant de la montagne, aux allures de vianetta géant (ou tiramisu selon les goûts) !

Voilà après trois semaines la Patagonie c’est fini, c’était magnifique ! Je remonte désormais beaucoup plus haut dans l’Argentine, à Bariloche et la région des lacs, où je vais retrouver Tristan pour la suite. Deux petits regrets, celui de ne pas avoir eu une voiture pour tracer la route à travers cette belle région, lunettes sur le nez, main sur le volant, cheveux au vent (ahaha) et rock’n roll à fond dans les oreilles. Mais aussi celui de ne pas avoir croisé Florent Pagny 🙂 !

Cet article a 4 commentaires

  1. Laulauinvoiron

    Encore une fois superbe!encore une fois merci pour ton récit et ces juste magnifiques photos! Bisous

  2. Laulauinvoiron

    Ps pour en revenir à Flo. ..tu sais bien qu’il est occupé. ..il aide Clémence sur son mur porteuuuuuur

    1. Lolo

      pas de soucis quand tu veux 🙂

Laisser un commentaire