Il y a des étapes incontournables dans ce voyage. Après Iguazu, Torres del Paine, le Fitz Roy, et prochainement le Macchu Pichu, Uyuni en était assurément une. Nous avons donc embarqué depuis San de Pedro de Atacama pour une excursion de 3 jours, avec pour point final le fameux salar !

1er jour

Départ tôt le matin pour le premier jour, nous avons pris un petit bus pour rallier rapidement la frontière Bolivienne. De là tout le monde embarque dans des 4×4, il y a au moins une vingtaine qui se prépare pour la traversée. Dans la voiture nous sommes 6, un Anglais, deux Brésiliens et bien sûr Antoine, Tristan et moi. Le tout accompagné par notre chauffeur-guide Martinio. Et on commence rapidement avec de très jolis lacs au pied des montagnes, avec la Laguna Blanca et la Laguna Verde, ainsi que d’autres geysers, mais ceux-ci font bien petits après notre excursion à El Tatio quelques jours auparavant. Ici les paysages sont désertiques, entourés de volcans, on est quasiment à 4000m d’altitude et aucune trace de végétation. La plupart du temps nous sommes dans la voiture, notre guide s’arrête de temps en temps pour voir chaque lieu « important ». Tout comme le reste des excursions d’ailleurs, du coup sur le début du voyage il y a du monde sur chaque spot, tout le monde fait la même chose, ça manque un peu de charme. Pour la première nuit, nous nous arrêtons dans un tout petit hameau au milieu de nulle part. Ici c’est électricité de 19h à 21h, pas de Wi-fi, pas de douche chaude et surtout pas de chauffage ! On est arrivé bien tôt, heureusement nous sommes à côté de la Laguna Colorada, nous sommes donc aller apprécier le temps d’une ballade ce grand lac rosé, où une grande communauté de flamants roses y vit. Après un petit repas expédié (tout est compris dans l’excursion) nous allons nous blottir sous une triple épaisseur de couverture, la nuit va être bien froide !

2ème jour

Pour le deuxième jour, notre chauffeur avait convenu du lever à 6h30. On se réveille à 7h30, personne debout, ça commence bien ! On réveille notre guide, un petit déjeuner et hop c’est reparti sur la route ! On continue de traverser des déserts, des chemins de sables, on comprend un peu mieux pourquoi le Dakar passe par ici. Un peu à l’instar du salar de Tara, on croise de grandes étendues où quelques roches volcaniques s’élevent. Comme je l’ai dit la plupart du temps nous sommes dans le 4×4 et à la longue c’est un peu ennuyant. Le midi on s’arrête dans un petit village, rien autour, on se demande comment les gens vivent ici. Puis une heure plus tard, le voilà, la salar d’Uyuni. Mais ça sera pour demain, on le longe seulement et on arrive à notre deuxième hostel en début d’après-midi, situé un peu en hauteur, avec une belle vue sur cette immense étendue blanche. On s’étonne d’être déjà arrivé, surtout qu’on est les premiers. Si notre guide n’est pas bien méchant, on a un peu l’impression parfois qu’il zappe certains spots, et il est parfois un peu étrange et on a du mal à le comprendre… Bref, heureusement on trouve une occupation, en effet dans le petit village en dessous de notre hostel, nous trouvons un terrain de basket et un ballon ! Car chose assez rigolote, avec Tristan et Antoine nous sommes tous trois basketteurs. Du coup on se retrouve à jouer avec en fond le salar, plutôt insolite ! Par contre on ne fera pas bien long feu car ici on est à 3500m, et on s’éssoufle très rapidement ! On rencontre ensuite des Français qui nous signalent qu’il y un souci dans la ville d’Uynui, qu’il n’est pas possible d’y entrer à cause d’une manifestation, des 4×4 ayant été même cayassé ! On se dit que c’est une imposture, car les guides proposent de faire payer 250 dollars pour emmener tout le monde directement à Potosi. On décide de ne pas se prendre la tête, on verra bien demain quand on y sera. La deuxième nuit est un peu plus confortable, l’hostel ressemble un peu plus à un hostel et on a même le droit à une douche chaude. La fatigue étant on se couche bien tôt car demain s’est levé à 5h !

3ème jour

La nuit a été bien courte, on se lève en compagnie de l’Anglais et des Brésiliens, il fait encore nuit et toujours pas de trace de Martino ! Et après quelques minutes et avoir réfléchi, on s’aperçoit qu’il y a un décalage d’une heure en Bolivie par rapport au Chili et à l’Argentine, il est donc seulement 4h du mat !!! Aucun de nous 6 n’avait tilté, et que ça soit l’agence ou notre guide, personne n’a pensé à nous le dire. On patiente du coup un petit peu, de toute façon on est réveillé. Sauf qu’une heure plus tard, notre guide ne pointe toujours pas le bout de son nez, et on voit le jour se lever tout doucement et les autres 4×4 partir en direction du salar. Du coup une nouvelle fois nous devons réveiller notre guide, ça manque cruellement de sérieux, on part un peu ennervé car là il n’y a pas moyen de louper le lever de soleil sur le salar. Et puis Martinio continue d’être étrange et de distiller les infos au compte goutte, ça n’arrange pas son cas. On essaye tout de même de garder notre calme car le principal est d’apprécier le salar. Et nous y voici donc, la luminosité grandit petit à petit, on commence à le taverser en direction de la Isla Incahuasi, une petite colline qui se dresse au milieu, en soit une île comme son nom l’indique. Arrivé là-bas, on a pris du retard, on grimpe vite tout en haut voir le soleil se lever. La isla est bien jolie et remplie de cactus et tout autour la salar paraît être un océan, c’est magnifique. On en profite bien, et après un petit déjeuner, il est temps d’aller au milieu du salar pour la fameuse session photos classique. Et autant le dire on ne sera pas bien bien inspiré pour prendre des clichés rigolos, juste ce qu’il faut on va dire. Mais bon l’important n’est pas là, surtout ce qui est appréciable c’est d’être au milieu de ce vaste salar, tout ce blanc à perte de vue, c’est plutôt époustouflant. La journée se terminera par un tour dans un cimitière de trains, mais rien de bien extraordinnaire. Entre temps les manifestations ont céssés, l’entrée à Uyuni se fera donc sans problème, on y passera une petite nuit le temps de se reposer un peu.

Honnêtement cette excursion aura été un peu chaotique la faute à note guide. Heureusement le salar c’est suffit à lui-même, cela reste un moment innoubliable et un must-do de l’Amérique du Sud. Maintenant c’est parti pour remonter la Bolivie.

Cet article a 2 commentaires

  1. Chichi

    Si ça peut te rassurer t’es pas le seul à avoir eu des soucis avec le guide à Uyuni. Mon expérience était très limite avec un chauffeur bien bourré :(. Et d’autres potes ont eu le droit à quelque chose de similaire. Sinon jolies photos et profite bien…

    1. Lolo

      Guide bourré pas cool ça :/

Laisser un commentaire