Nous voilà désormais trois sur la route, Antoine, Tristan et moi. Notre bus pour San Pedro de Atacama partait de Salta à 7h du mat, pour une arrivée dix heures plus tard. Sauf qu’au dernier moment, mauvaise nouvelle, la compagnie de bus nous prévient que le départ se fera finalement à 2h du mat, les conditions météo ne s’annonçant pas très bonnes. En effet, il faut passer un col par les Andes culminant à plus de 4000m d’altitude, avant de possible chutes de neige. Du coup on passe un nuit assez horrible dans le bus, on ne dort quasiment pas, la première journée et nuitée c’est donc repos ! On prend le temps tout de même de découvrir un peu San Pedro, ville à la fois roots et très touristique, pommée au milieu de nulle part, on en arrive à se demander comment des gens vivent ici.

La vallée de la Luna

Pour la première vraie journée et après avoir booké toutes nos excursions pour la suite (notamment Uyuni), on part découvrir la vallée de la Luna en vélo. On part à 16h car ici c’est le désert et le soleil tape fort. Malheureusement c’est l’heure aussi où toutes les excursions décollent, du coup sur la route les vans défilent et ce n’est pas toujours agréable. De plus sur chaque spot, il y a beaucoup de monde et on se croirait parfois à Disneyland, dommage. Heureusement sur la fin de la ballade, ça se désemplit un peu et on apprécie tranquilement le couché de soleil sur les dunes et les collines, ainsi que les volcans en fond. Car oui le désert d’Atacama en est entouré, et ils sont plus ou moins actifs ! Lampes-torche sur la tête, on rentrera de nuit bien fatigué d’avoir pédalé sous un soleil de plomb et à 2500m d’altitude.

Le salar de Tara

Pour le deuxième jour, je pars en solo me faire le Salar de Tara, Antoine et Tristan ayant préféré faire la fiesta la veille. Et bien m’en à pris car cette virée va se révéler de toute beauté. Avec notamment des acteurs qui vont énormément compter, j’ai nommé les nuages. En effet durant toute la journée, ceux-ci vont prendre des formes tout à fait étonnantes, je n’en avais jamais vu d’aussi beaux. Pour l’excursion, nous sommes dans un petit van de 12 personnes, mais pas grand monde de très rigolo ! Peu importe, c’est tellement magnifique que cela suffit amplement. Après être monté à 4828m d’altitude (et hop au-dessus du Mont-Blanc), nous sommes arrivé dans un désert où seules quelque roches se dressent au milieu de nulle part, vestige des coulées de laves volcaniques. Les paysages se succédent, tous aussi beaux les uns que les autres, en mode farwest, désert et lunaire !! Il y a des moments où j’ai eu l’impression de me trouver sur Tatooine (référence Star Wars) ! Muy lindo !

Les geysers d’El Tatio

Direction les geysers d’El Tatio pour notre dernière journée. Levé à 4h du mat, ça pique et en plus on poirotte quasiment 1h en attendant notre van. On perdra encore bien une demi-heure ensuite, le chauffeur-guide étant incapable de trouver l’hostel de deux clientes. On part dans le nuit un peu chaffouin, en éspérant ne pas arriver trop tard pour le lever sur les geysers. Après une heure et demie de route, nous y voilà, sur le plus grand site de geysers de l’hémisphère sud, le troisième le plus important au monde. A peine arrivé que le chauffeur veut nous faire prendre le petit déj, mais vu le retard pris, on le force à nous laisser découvrir le site avant, le soleil étant en train de pointer le bout de son nez. Et il faut dire que c’est plutôt impressionant de voir ces cheminés d’eau bouillante jaillir du sol. A peine le temps d’en profiter 30 minutes qu’il faut bouger, et c’est ce qui est un peu ennuyant avec ces excursions, c’est que tout est chronométré. On file ensuite se baigner dans une piscine d’eau chaude. Dehors il doit faire dans les -10, la sortie du bain se fait un peu dans la douleur ! Pour la suite, notre guide va bien se rattraper en nous emmenant tout d’abord voir un autre petit site de geysers. Nous étions seuls (avec bien sûr les autres personnes du van) et c’était un petit privilège, bon point pour notre guide. Sur le retour on découvre les paysages non vue à l’aller dans la nuit, avec toujours ce côte désertique, le tout entouré des majestueux volcans Andins. Et sur la route on fait connaisance avec la faune du coin, avec notamment beaucoup de Vicuñas (Vigognes en Français, sorte de Lamas) ainsi que nos premiers flamants rose. Un dernier stop sur un site pour ressentir le magnétisme des roches volcaniques, notre guide aura bien relevé le niveau. Une bien belle journée au finale.

Après l’Argentine, il est temps aussi de dire au revoir au Chili. Il y aurait eu sûrement plus encore à faire à San Pedro, mais les excursions se ressemblent au final et elles sont chers, et on a surtout tout simplement envie d’avancer. Il est temps de vivre une étape très attendue de ce voyage, le fameux salar d’Uyuni !!!

Laisser un commentaire