Deux mois après Buenos Aires, je retrouvais une grande ville. Etant un pur citadin, j’ai rapidement pris mes marques dans la capitale du Chili, et même si cela n’a rien à voir avec les beautés de la nature que j’ai pu voir jusqu’à présent, cela faisait un peu de bien de retrouver une vie urbaine pour quelques jours.

Et si je devais définir ce séjour à Santiago par un mot, ça serait « humain ». Tout d’abord parce qu’il était question d’amitié et de retrouvailles ! La première étape a été de me séparer de mon compañero de voyage depuis un mois et demi (snif). Tristan partait en effet pour l’île de Pâques pour une semaine. Moi j’ai fait l’impasse, un peu trop cher, ça sera pour une autre fois. Mais notre aventure commune n’est sûrement pas finie et on devrait se retrouver d’ici 15-20 jours pour attaquer la Bolivie 🙂 !
Dans la foulée, j’ai retrouvé Sophie et Alexis, couple d’amis de Grenoble, tout fraichement débarqué en Amérique du Sud. Autour d’un café, on s’est raconté quelques histoires de voyage et échangé sur nos trips respectifs, c’était bien rigolo de se retrouver à l’autre bout du monde.
Ensuite le soir, j’ai filé chez Gonzalo, un Chilien adorable que j’avais rencontré lors de mon passage à Montevideo. Il m’a accueilli chez lui, dans sa petite maison à l’extérieur de Santiago, avec sa fille et sa femme enceinte d’un futur Pedro. Là où on s’est bien trouvé avec Gonzalo, c’est qu’on a les mêmes goûts musicaux. Et côté musique Gonzalo s’y connaît bien car il est batteur et roadie. On a donc pu tchatcher et bouger quelques cheveux (ahah) sur du Deftones, Royal Blood et autres At The Drive-In… J’y ai passé deux nuits en mode « full spanish » et même si depuis deux mois je me suis bien amélioré, j’ai pu m’apercevoir qu’il y avait encore du chemin, surtout que les Chiliens parlent extrêment rapidement. Mais en tout cas, c’était bien sympa de sa part de m’accueillir ainsi.
Pour mon troisième jour à Santiago et après avoir mangé local dans un petit resto d’un mercado en compagnie une dernière fois de Sophie et Alexis, j’ai rejoint Antoine et Julie. Antoine est l’un des meilleurs potes d’un de mes meilleurs potes, que j’ai eu l’occasion de croiser il y a quelques années sur Gre. Ils font un tour du monde sur un an et sont là pour quelques mois en Amérique du Sud. Nous faisons le chemin inverse, j’avais surveillé leur parcours sur Facebook, et le point de croisement c’est donc fait à Santiago ! On a pu échanger autour de quelques « cervezas » sur des conseils et des bons plans pour la suite pour chacun, bien cool.
Ensuite, après avoir logé chez Gonzalo, j’ai pris la direction du centre de la capitale pour retrouver Rachel, une Américaine recontré à Buenos Aires lors des premiers jours de mon voyage. On avait bien sympathisé, elle fait ses études ici et m’avait donc proposé de m’héberger si je passais dans le coin. Nous avons donc passé le WE ensemble, avec notamment ses amis Teresa, Carlita, Matias, Johnny, Bernardo… avec qui j’ai rapidement lié d’amitié. Ils m’ont accueilli royalement et on a passé de très bons moments ensemble, à flânner dans la ville et faire la fiesta. Durant ce séjour, j’aurais donc rencontré beaucoup de monde, et le temps d’un instant je me suis senti un peu comme chez moi.

Humain aussi car ce séjour à Santiago m’a permis d’en savoir plus sur l’histoire du Chili. Tout comme à Valparaiso, il existe des tours organisés de la ville, j’en ai fait deux. J’y ai découvert tout d’abord les différents monuments (d’influence Espagnole) de la ville et les histoires qui les accompagnent, l’occasion d’en savoir plus sur les hommes et les événements qui ont marqué les cinquante dernières années du pays. Et pour m’apercevoir que tout ça reste bien récent et ancré dans le quotidien des Chiliens. Le second tour était lui plus orienté local, avec notamment les visites des différents marchés de la ville, l’agriculture étant le second poumon du Chili après l’industrie. Les étalages regorgeaient de fruits et de légumes de toutes les couleurs, de viandes et de poissons frais ! Avec un peu plus de temps, j’aurais bien cuisiné quelques plats avec tout ça, JP Coffe aurait bien kiffé (RIP) ! Après un tour au cimetière de Santiago et la tombe de de Salvador Allende, je suis monté au Cerro St Cristobal, colline qui surplombe la ville (l’équivalent d’une ballade à la Bastille pour les Grenoblois), accompagné d’un Mote, sorte d’Ice-Tea pêche avec du blé, étrange mais passable. Malheureusement le temps couvert mélangé à la pollution m’a empêché d’apprécier la vue sur Santiago et les Andes. En effet depuis une dizaine de jours et Valparaiso, je ne vois quasiment pas le soleil, pas de pluie mais toujours ce plafond de nuages, ma bonne étoile m’a un peu abandonné de ce côté-là !
Enfin pour mon dernier jour, je suis allé visiter le musée de la mémoire et des droits humains, qui retrace depuis les années 70, l’histoire du Chili. Un moment très fort, avec des témoignages, des photos, des vidéos, etc… de la mort de Salvador Allende à la libération de la dictature, en passant par la torture du régime de Pinochet. Poignant ! Je le conseille vivement si vous passez un jour par ici.

Voilà, il est temps d’avancer et de quitter la capitale Chilienne. Après un dernier café avec Rachel, ma petite soeur Américaine, c’est avec le coeur un peu lourd que je prends le bus pour l’Argentine et Mendoza. Un séjour bien marquant ! Nos vemos Santiago.

Laisser un commentaire