Après San Andres et une brève escale de quelques heures à Bogotá, nous avons pris un vol directement en direction de la côte Caraïbe et de Santa Marta.

Minca

Et à peine arrivé, j’ai senti que le compte à rebours avait commencé, je comptais désormais les jours qu’ils me restaient et je sentais que les étapes allaient s’enchainer rapidement, plus trop le temps de se poser. A peine arriver à Santa Marta, je suis donc parti me faire un petit tour au village de Minca, afin d’avoir mes premiers contacts avec la jungle. Si le village n’avait rien d’extraordinaire, c’est bien la flore qui l’était, avec une végétation verdoyante, exotique et dense. J’y ai fait une petite balade en mode explorateur à travers la forêt, accompagnée d’une chaleur et d’une humidité parfois étouffante. En prenant un peu plus de temps, en étant patient et curieux, on doit pouvoir découvrir une faune bien intéressante. En tout cas, si j’ai raté l’Amazonie, ces quelques jours dans la jungle feront un peu office de rattrapage.

Tayrona et Palomino

Clairement Santa Marta n’a rien de sexy, ce qui l’est ce sont les alentours. La région est notamment connue pour La cuidad perdidad, un trek de quatre jours dans la Sierra Nevada. Si j’étais bien branché pour le faire au départ, le manque de temps, un peu d’argent et une douleur au pied m’ont fait zapper cette étape. J’ai tout de même décidé de me faire un petit trip de quatre jours du coté de Tayrona et de Palomino. Avant ça, séquence émotion puisqu’il a fallu dire au revoir à mon compagnon de voyage depuis six mois, Tristan ayant en effet décidé de raccourcir son séjour en Colombie et de continuer son voyage du côté du Brésil. On aura fait une sacrée aventure tous les deux, bonne route amigo 😉 ! Du coup les derniers quinze jours seront en solo ! J’ai laissé mon gros sac à l’hostel, chargé le petit et je suis donc parti pour quatre jours. Tout d’abord à Tayrona, un parc national naturel au bord de la mer, où d’énormes rochers ont pris place, le tout au milieu de la jungle. J’y ai passé deux nuits en hamac dans un petit camping tout calme à la roots, en mode détente. Un petit regret sur le temps nuageux qui n’aura pas éclairé les eaux turquoise de ce joli endroit. Surtout que c’est plutôt difficile de passer après San Andres ! Puis j’ai séjourné deux jours à Palomino, le temps de me faire la descente d’un rio en bouée ainsi qu’une session plage. Bref quatre jours en mode balades, plages, jungle et découverte de la nature, sur un air de vacances !

Laisser un commentaire