Après cette étape ultra touristique d’Angkor, je voulais retrouver ce côté authentique touché du doigt lors de mon deuxième jour autour de Siem Reap. Direction Banteay Chhmar, au nord-ouest du Cambodge, à quelques kilomètres de la frontière avec la Thaïlande, pour passer 3 jours dans une communauté.

Comme pour mon trip en Amérique du Sud, j’ai un plan de route assez grossier pour ces 6 mois en Asie. Un des avantages de faire un voyage d’une telle durée, est qu’on peut se permettre de changer, improviser et aviser en fonction de ce qui se présente, en voilà la beauté. Banteay Chhmar n’était pas du tout prévu initialement, puis j’ai trouvé ce plan via Adeline et son très bon blog Voyag etc. L’idée de pouvoir découvrir l’arrière-pays et la vie de tous les jours des Cambodgiens me tentait bien. Du coup j’ai décidé de faire un croché et un petit retour en arrière pour vivre cette expérience.

Pour rejoindre ce petit coin de tranquillité, tout s’est fait en mode local. Il m’a fallu prendre un bus pour Sisophon, puis attendre 1h30 dans cette même ville où personne ne parle un mot d’anglais, et enfin prendre un taxi partagé pour Banteay Chhmar. Si ce village abrite aussi un temple de l’époque d’Angkor, le principal était donc ailleurs. Durant ces 3 jours, j’ai dormi chez ma famille d’accueil, dans une de ces maisons traditionnelles en bois et sur pilotis, construites ainsi pour échapper aux inondations lors de la saison des pluies. La plupart du temps en haut se trouve les chambres, et en bas les toilettes et la salle de vie, ouverte (« salon », cuisine, hamacs…). Les conditions sont assez rudimentaires. Il y a bien l’électricité, mais on oublie la climatisation bien évidemment, un seul ventilateur rafraichira un peu mes nuits. Ici tout le monde s’endort vers 21-22h pour se lever vers 5-6h du matin, seuls les coqs viennent un peu troubler ce rythme de vie en commençant à chanter à 3h du matin !!!

Accompagné d’un guide, j’ai tout d’abord visité le temple, une occasion d’en apprendre plus sur l’architecture et l’histoire, ce que je n’avais pas eu à Angkor. On est loin des temples entretenus de Siem Reap, ici tout est tombé un peu en ruine. A l’aide de donations, un programme de restauration a bien été mis en place, mais cela prend du temps pour tout remettre d’aplomb. Mon guide m’a aussi accompagné faire le tour du village pour en savoir plus sur le mode de vie de ses habitants. Ici les gens vivent surtout du manioc, qu’ils cultivent, coupent, sèchent et revendent pour l’industrie (qui pour la petite histoire en fait de la poudre pour les nouilles instantanés, et oui !). A côté de cela j’ai loué un vélo pour me balader dans le village. Ici la vie est simple et tranquille, c’est ce que j’étais venu cherché. Les habitants ont le sourire, surtout les enfants, saluant toujours aussi joyeusement. J’ai même eu le droit à quelques baisers soufflés, trop mignons. Si j’ai croisé 2-3 touristes de passage, j’ai notamment rencontré Mathieu et Vincent, deux Français en VIE (Volontariat International en Entreprise) ici respectivement pour 1 et 2 ans. Passer un peu de temps avec eux m’aura permis d’avoir leur point de vue sur la vie ici, intéressant. Et Vincent m’aura fait faire le tour du propriétaire de La soierie du Mékong, qui fabrique des métiers à tisser encore de façon assez traditionnelle. En tous cas, je leur tire mon chapeau pour tenir aussi longtemps dans un tel village éloigné de tout, mais c’est à coup sûr une tranche de vie instructive et inoubliable.

Le seul petit bémol de ce séjour est j’avoue le peu d’interactions que j’aurai eu avec ma famille d’accueil, plutôt réservée. La barrière de la langue n’aidant pas bien sûr, le mari ne parlait que quelques mots d’anglais. Mais au final les échanges se faisaient avec de simples grands sourires :). C’était donc une chouette expérience, pleine d’authenticité, et une très bonne idée d’avoir rallonger mon trip de 3 jours au Cambodge pour la vivre. Morceaux de vie choisis ci-dessous.

Cet article a 1 commentaire

  1. Nico

    Joli mon Lolo, belles déouvertes, authentiques, le kif ! Dédicace, j’ai soccer ce soir 😉 la biz

Laisser un commentaire