"Le bonheur n'est pas une destination, mais une façon de voyager !"

Le Cambodge possède le plus grand lac d’eau douce d’Asie du sud-est, le Tonlé Sap. Réserve naturelle importante et poumon du pays, il est aussi le lieu de vie de certains habitants. En effet, dépourvus de terres, certains se sont installés sur l’eau, formant de petits villages flottants. Sur la route qui me mené à Phnom Penh, j’avais décidé de faire un court stop pour découvrir celui de Kampong Chhnang.

Juste avant cela, je m’étais arrêté pour 2 nuits à Battambang, la deuxième plus grande ville du pays. J’en ai profité pour faire un tour dans l’arrière-pays et découvrir l’agréable et jolie campagne cambodgienne. L’ayant fait en scooter, j’ai peu de photos à vous présenter. Si vous avez l’occasion de passer par là, allez découvrir la colline de Phnom Sampeau. A la tomber de la nuit, des milliers et des milliers de chauves-souris sortent d’une cave, un spectacle impressionnant.

Le Tonlé Sap est immense et l’on peut trouver des villages flottants à plusieurs endroits sur ses rives. J’avais fait l’impasse sur ceux de Siem Reap, bien trop touristique à mon goût. Bien m’en a pris, la petite localité de Kampong Chhnang est hors des sentiers battus et on sent que les locaux ont peu l’habitude de voir des touristes. Arrivé au port, deux locaux m’ont alpagué pour me proposer un tour, et plus exactement deux Vietnamiennes. En effet la majorité de cette communauté en est d’origine, c’étant installée après les différentes guerres qui ont touché les deux pays, à la recherche d’un lieu sain pour vivre de la pêche. De plus, pas besoin de payer un loyer sur les eaux pour ces personnes qui vivent dans des conditions précaires. Après négociation (17$), j’ai pris place avec mon « capitaine » sur une petite embarcation traditionnelle, une découverte durant 2h de la vie de ses habitants. Si la plupart des maisons servent de logement aux locaux, on y retrouve un marché, des épiceries, un marchand de filets, divers ateliers, etc. Bien entendu tout le monde se déplace ici en bateau et les enfants ont pour seul terrain de jeux les pontons. Il n’y a pas d’eau courante, mais l’électricité, de quelle façon je ne sais pas, ma navigatrice ne parlait pas un mot d’Anglais, il était difficile d’en savoir plus. Mais ce fut plutôt insolite de voir les familles regarder la télévision sur des vieux cathodiques dans ces maisons flottantes. Une vie bien particulière. Et je devais bien être le seul à faire un tour à ce moment-là, une bonne décision donc d’avoir privilégié cette étape.

Ce genre d’expérience est toujours un peu troublant, partagé entre curiosité et sentiment d’entrer dans l’intimité des gens. On peut y voir du voyeurisme certes, je trouve personnellement intéressant de réaliser comment un peuple a pu s’adapter aux conditions qui se sont présentées. Et voir comment les gens peuvent vivre aux quatre coins du monde, aide toujours à relativiser notre confort occidental. Je vous invite donc à embarquer pour quelques photos !

Laisser un commentaire

Fermer le menu