"Le bonheur n'est pas une destination, mais une façon de voyager !"

Seulement 5 jours en Asie et me voici déjà dans un nouveau pays, le Cambodge. Un bus depuis Bangkok et une traversée de la frontière assez tranquille, je débarque à Siem Reap pour visiter les fameux temples d’Angkor. Récit de 3 jours passés.

Siem Reap c’est un peu le Cuzco d’Asie du sud-est j’ai envie de dire. C’est ultra touristique, il y a des « gringos » dans tous les coins, et on vous aborde un peu partout pour un tuk-tuk, manger dans les restaurants, un massage « happy ending » ou encore un « Do you want to get high ? » ! La comparaison touristique s’arrête là, cette ville ayant peu d’intérêt culturel et architectural vis-à-vis de son homologue péruvien. En tout cas, on est bien loin du Cambodge authentique que j’imaginais. Avant de voyager, j’étais persuadé que les temples d’Angkor faisaient partie des 7 nouvelles merveilles du monde. Raté ! Et en me penchant un peu plus sur cette liste, j’ai appris (merci Wikipedia) que celles-ci avaient été désignées par un organisme privé et via les votes des habitants des pays respectifs des « merveilles ». Point d’UNESCO ou autres organisations officielles. Dur d’y voir donc une démarche objective et légitime. Car autant le dire, pour moi Angkor a largement sa place à côté du Machu Picchu ou de la statue du Christ à Rio, en connaissant ces deux derniers. Pour visiter les temples, j’avais décidé de prendre un ticket 3 jours à 62$us et de me louer un e-bike pour me déplacer (sorte de scooter léger) car le site est gigantesque. Si la location n’était pas donnée (10$ par jour), c’était une solution « green », indépendante, et aussi un choix en vue de me faire le Vietnam en moto, et donc de commencer à me faire la main sur un engin à deux roues motorisé. Une bonne mise en jambe je dois dire.

Jour 1 : Ta Prohm, Bayon et Angkor Wat

J’avais décidé de m’appuyer sur les conseils de l’agence de location d’e-bike pour me faire un programme. Cette première journée était dédiée à la petite boucle des temples, ce que font la majorité des touristes en un jour, un petit best-of pourrait-on dire. Si le premier temple que je visite est vide, arrivé au premier connu, Ta Prohm, là tout de suite il faut faire la queue pour certains passages, plus dur d’apprécier. Pourtant ce temple est magnifique, l’effet de la nature a été préservé et on peut donc admirer ces géants arbres prendre racine sur les pierres. Top. La tournée continue, il fait 35 degrés sous un soleil de plomb et les 20km/h de mon « bolide » suffise tout juste à me rafraichir. Je ne vous ferais pas le détail de tous les temples, mais chacun a ses particularités, son agencement et son architecture. Tout est bien symétrique et il y règne une certaine harmonie. Celui qui restera mon préféré est Bayon, le temple aux 216 visages, une beauté et une vraie personnalité. Enfin je finis avec THE temple, celui connu de tous et qu’on retrouve sur le drapeau du Cambodge, Angkor Wat. C’est évidemment le plus fréquenté, mais en fin d’après-midi et hors-saison, cela reste correct et on est loin de se marcher dessus les uns les autres. C’est le plus grand monument religieux au monde, et y’a pas dire, il en impose avec ces 5 tourelles et cette fameuse « silhouette ». La promesse de coucher de soleil sur celui-ci ne sera pas honoré, la faute aux nuages, peu importe la journée aura était belle et bien chargée.

Jour 2 : l’arrière pays de Siem Reap

Pour ce deuxième jour et toujours selon les conseils de l’agence, je pars complètement à l’est de Siem Reap, à une vingtaine de kilomètres. Si les temples qui s’y trouvent ne sont que peu attractifs, l’intérêt de ce mini road trip est tout autre. En effet, on est très loin des milliers de visiteurs du site principal et le Cambodge authentique se dévoile alors tout doucement. A l’aller je passe par un marché typique où l’on trouve de tout, légumes-fruits-viandes-poissons, mais aussi habits et autres bibelots, et enfin une tonne de bijoux ! Puis après un court passage donc aux temples (Preah Kô et Bakong), c’est surtout la route du retour, par une piste traversant les villages de l’arrière-pays, qui va s’avérer l’attraction. On est ici hors des sentiers touristiques et c’est vraiment agréable. Je file sur une piste de couleur ocre, traversant les petits villages, où l’on peut voir des maisons typiques en bois et croiser leurs habitants aux larges sourires. Les enfants sont notamment tout heureux de me voir, me saluant et lâchant un hello. Une expérience rafraichissante.

Jour 3 : la grande boucle

Pour ce dernier jour, le réveil est à 5h du mat pour filer voir le lever de soleil sur Angkor Wat. Là encore pas trop de chance, le temps est brumeux. Je m’installe sur un spot où 4 françaises à côté de moi lâchent l’affaire rapidement, ce qui est bien dommage quand on s’est levé si tôt. Surtout que 10 minutes après leur départ (rire de Nelson des Simpson), le soleil fait enfin son apparition sortant des nuages, une belle boule incandescente qui se reflète dans le lac, avec en fond les tours du temple. Si c’est ça n’a pas la gueule de certaines cartes postales, cela reste de « toute beauté ». Alors que le site est encore bien tranquille, j’en profite ensuite pour me refaire Bayon, quasiment vide. Puis direction la grande boucle, beaucoup moins peuplé de touristes. Celle-ci me mène notamment aux temples de Ta Som, Prè Rup et Preah Khan. Dans ce dernier, à l’instar deTa Prohm, la nature a fait son effet et un arbre s’est carrément installé sur une galerie, c’est assez impressionnant. Voilà sur les rotules je termine mon tour, bien rassasié de temples je dois dire.

Les pierres et moi, ça fait généralement deux, j’ai toujours préféré les paysages naturels. Mais je dois dire qu’Angkor m’a bien bluffé. Ce que j’ai le plus aimé c’est cette symétrie (je suis plutôt toqué sur ce point dans ma vie) et cette harmonie architecturale, mais aussi et bien sûr, le côté où la nature fusionne avec les monuments. Bref, oui, ces temples sont bien des merveilles de ce monde.

Laisser un commentaire

Fermer le menu